Sous l'eau

TCC Positive

L'un des premiers outils que la thérapie AIM met en oeuvre est la TCC positive.

Afin d'en saisir l'essence, il est intéressant de revenir sur l'apparition de la TCC dite "traditionnelle" et son évolution à la TCC dite "positive" aujourd'hui.

 

TCC traditionnelle

 

Développée au début des années 1960 par Aaron T. Beck, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est l'un des traitements psychologiques les plus étudiés à ce jour. Le postulat de base de la TCC est que ce que nous pensons, ce que nous ressentons et ce que nous faisons sont tous étroitement liés (voir figure 1) et que tous ces facteurs ont une influence décisive sur notre bien-être.

Capture d’écran 2021-03-30 à 10.22.11.

La TCC est une psychothérapie structurée, orientée vers le présent, visant à résoudre les problèmes actuels et à modifier les pensées et les comportements dysfonctionnels, c'est-à-dire inexacts et/ou inutiles.

 

Fig2sd.JPG

Fig.1. Modèle cognitif décrivant les relations entre les pensées, les sentiments et le comportement.

Fig. 2 : Un accent mis sur la réparation des faiblesses

Le modèle de la maladie est axé sur la partie -5 à 0 (voir figure 2). Les interventions fondées sur ce modèle ont pour but d'aider les personnes à passer de -5 à 0. Dans un contexte clinique, cela pourrait signifier qu'un thérapeute vise à réduire les symptômes et à prévenir les rechutes. L'objectif final (0-point) est atteint lorsque le client ne présente plus de symptômes diagnostiquables de psychopathologie, comme le décrit le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM).

 

Selon la TCC, la pensée dysfonctionnelle (qui influence la façon dont un client se sent et se comporte) est courante parmi les troubles psychologiques. Le traitement est donc guidé par la restructuration cognitive (pensées), les croyances et les stratégies comportementales qui caractérisent des troubles spécifiques, et la conceptualisation du cas, la compréhension des croyances et des modèles de comportement spécifiques de chaque patient. La TCC apprend aux patients à évaluer leur pensée d'une manière plus réaliste et adaptative, ce qui a un impact positif ultérieur sur leur état émotionnel et leur comportement.

 

Aider les patients à prendre conscience des pensées automatiques qui influencent leurs sentiments et leurs comportements est un élément clé de la TCC, tout comme s'attaquer aux croyances fondamentales et croyances dysfonctionnelles sous-jacentes des patients sur eux-mêmes, leur monde et les autres personnes. Le fait de s'attaquer à ces croyances entraîne un changement émotionnel et comportemental durable (Beck, 2011).

 

TCC positive, ou thérapie de l'épanouissement

 

En 1998, Martin Seligman a fortement encouragé le domaine de la psychologie à élargir son champ d'action et à dépasser les problèmes et les pathologies humaines pour s'épanouir. Il a introduit le domaine de la psychologie positive.

Selon Seligman (2002), la psychologie positive vise à faire passer les gens non pas de -5 à 0, mais de 0 à +5 (voir fig. 3), et pour ce faire, il est nécessaire d'adopter une approche différente. Plutôt que de se concentrer uniquement sur ce qui ne va pas chez les gens et sur la résolution de leurs problèmes, il s’agit de se concentrer sur ce qui va bien chez les gens et sur le renforcement de leurs forces. Tout ce qui épanouit sa vie

Fig3sd.JPG

Fig. 3 : Un accent mis sur le renforcement des points forts

La TCC positive est un terme inventé par Fredrike Bannink (2012) et ancré dans la psychologie positive. Selon lui, la TCC positive a un objectif différent de celui de la TCC traditionnelle.

"L'accent est mis sur le comportement adaptatif et opérant des clients plutôt que sur le comportement passif des répondants" (Bannink, 2012).

En d'autres termes, tout comme la psychologie positive, la TCC positive ne se concentre plus uniquement sur la pathologie, sur ce qui ne va pas avec le client et sur la réparation de ce qui ne fonctionne pas, mais sur les forces, ce qui va bien avec lui et sur la promotion de l'épanouissement.

 

L'accent n'est plus seulement mis sur la réduction des problèmes, mais aussi sur le renforcement des compétences.

Fondamentalement, la TCC positive est la TCC traditionnelle appliquée au travers du prisme de la psychologie positive.

Traitement

 

L’alliance thérapeutique unique en TCC implique un travail d’équipe entre le thérapeute et le patient, qui collaborent et décident ensemble des objectifs, de ce qu'il faut travailler à chaque séance, de la fréquence des séances.  Délimité dans le temps, le suivi thérapeutique est axé sur le moment présent, l’examen des problèmes actuels et des situations spécifiques qui sont pénibles pour le patient. Le traitement consiste à apprendre aux clients à identifier, évaluer et répondre à leurs pensées et croyances dysfonctionnelles, ainsi qu'une variété de techniques engageantes pour changer l'humeur et le comportement.

Domaines d'application

La TCC positive permet de travailler sur des distorsions cognitives légères tout comme sur des troubles mentaux plus sévères. 

Son efficacité est cliniquement attestée dans les cas de :

Stress aigu, dépression ambulatoire d'intensité moyenne, troubles anxieux, agoraphobie, attaques de panique, trouble panique, phobies et phobies sociales, syndrome de stress post-traumatique, trouble obsessionnel compulsif, du sujet âgé et hospitalisé, prévention du suicide, trouble bipolaire, trouble de la personnalité borderline chez les femmes, syndrome de fatigue chronique, psychose, insomnie, alcoolisme ou toxicomanies, anorexie mentale et boulimie.